Encoches renforcées en corne

Tout d'abord, en plus de ses fûts, il faut choisir de le renfort. la corne de vache fait très bien l'affaire, j'ai choisi de la corne de mouflon car c'était ce que j'avais sous la main. mais on peut utiliser de l'os, du bois de cerf ou même du bois végétal plus dense et plus solide (buis, ébène, osage, amourette,...) Il faut impérativement vérifier que la corne n'est pas fendue ou délaminée sinon ça sera beaucoup plus difficile à travailler.


f

 

 

ensuite on découpe des sections de corne de la longueur correspondant à celle du renfort souhaité et un peu plus largeur que la largeur finale souhaitée. On a donc des rectangles de corne brute. pour leur donner leur forme finale il existe plusieurs moyens. Personnellement j'utilise une ponceuse à bande fixée à l'envers sur mon établi ce qui permet de travailler rapidement, mais attention à ne pas se poncer les doigts, c'est toujours désagréable, il vaut donc mieux porter des gants...
On peut aussi si on ne dispose pas du matériel ou si on veut travailler plus lentement (ce qui permet de commettre moins d'erreurs), dégrossir la forme avec une scie à onglet puis poser une feuille de papier de verre de grain moyen sur un support bien plat et faire les finitions dessus. Le but du jeu est que la lamelle soit assez fine pour être insérée et qu'il reste au moins 1,5mm de bois de chaque coté. Il faut aussi que les bords de la lamelle soient les plus parallèles possible.


f

pour la suite du travail j'aime utiliser une scie à onglet. la denture est fine et comme la lame est profonde il y a moins de risques que la découpe parte n'importe comment, ce qui peut arriver si on utilise une scie à métaux de mauvaise qualité par exemple (expérience personnelle).
Avant de commencer à scier , il faut repérer l'orientation de cernes de croissance sur le fut. les traits de scie doivent être parallèles aux cernes pour que la lamelle de corne soit parallèle et que l'encoche soit perpendiculaire aux cernes comme pour une encoche classique. Une fois ce détail repéré, on marque avec un cayon à papier sur la tranche du fut la largeur de la lamelle de corne. On va scier sur la partie interne du trait de crayon. En effet, il faut que la lamelle soit le plus ajustée possible avant d'être collée.



ff

 

On peut voir sur la photo précédente que les deux traits de scie ne sont pas parallèles. Après avoir fait sauter la lame de bois entre les deux traits de scie ( j'utilise à cet effet la pointe de mon couteau pour faire ça) on peut arranger le parallélisme des cotés avec une petite lime plate.
Il faut que la lamelle puisse être insérée sans forcer. si il y a par endroits des petits défauts, ce n'est pas grave, cela sera réglé au collage. 

Ensuite vient le collage. J'utilise de l'époxy à séchage lent, ça permet de prendre tout son temps pour positionner les pièces de plus, l'époxy est idéale quand il y a des espaces à combler et que les pièces ne sont pas parfaitement jointives. Après avoir soigneusement dégraissé à l'acétone et à la paille de fer, je colle les lamelles. une simple pince a linge suffit alors pour maintenir la pression nécessaire si les pièces ne sont pas parfaitement jointives 

 


f

Enfin, une fois que le collage est sec, on peut soit à la ponceuse soit à la lime et au papier de verre éliminer les parties de cornes qui dépassent.
Attention toutefois, si on utilise la ponceuse, il faut faire attention à ne pas trop chauffer les pièces, l'époxy n'aime pas la chaleur et peut ramollir.
Le travail de façonnage de l'encoche proprement dit peut commencer.
Au final, le travail est un peu long (3heures pour faire 6 flèches) mais on a des flèches qui sortent de l'ordinaire. je rajouterais que l'intérêt du renfort en corne est à mon sens plus esthétique que tout autre chose car une simple ligature à la base de l'encoche est aussi efficace pour la renforcer...

f