Peau crue et arcs

C'est quoi?

La peau crue aussi appelé babiche au Quebec et Rawhide dans les pays anglo-saxons fait partie des renforts d'arc classiques. Saxton Pope, par exemple ne jurait que par ce renfort et affirmait qu'à partir du moment ou il a commencé a en utiliser il n'a plus cassé d'arc. la peau crue est une peau qui n'a pas subi les processus de tannage. Par differents procedés chimiques, la peau a été superficiellement attaquée jusqu' à ce que le poil tombe puis elle a été nettoyée et conservée en l'état. la peau crue devient alors rigide et resistante.

ça marche comment?

La peau crue peut alors être utilisée pour renforcer un arc... dans certaines conditions. Si les cernes n'on pas été respectés sur le dos de l'arc alors la peau peut aider à la cohésion du dos. Elle peut renforcer une zone fragilisée mais ne fera pas gagner de puissance à l'arc de même l'on emploi doit être mesuré car elle aporte un poid suplémentaire aux branches, poids qui, si il est mal géré, peut handicaper les performances de l'arc. Enfin, comme beaucoup de renforts naturels, une finition adéquate est necessaire car le cuir cru est sensible à l'humidité et à l'eau.

On trouve ça ou?

Il n'est pas forcement évident de se procurer de la peau crue. Certains la fabriquent à partir de peaux de cerf de chevreuil ou même de chèvre. D'autres arrivent a en acheter à l'étranger mais les frais de port sont souvent rédibitoires. A noter que l'on peut aussi trouver de la peau crue directement découpée en bande. En france elle est très peu utilisée et rare a trouver: une ou deux pistes quand même: c'est le revetement que l'on utilise pour les percussions. c'est aussi avec de la peau crue que sont fabriqué la plupart ds os à macher pour chien. Si l'on en trouve une suffisament gros, il suffit de le mettre a tremper dans l'eau pendant quelques heures puis de le defaire pour obtenir des bandes mesurant entre 40 et 80cm de long. pour ma part, j'avais troqué, il y a quelques année, une demi peau de cerf traitée en peau crue contre 2 billettes d'if.

comment qu'on l'applique?

Les images utilisées pour illuster l'article proviennent du renfort de 2 arcs differents. J'ai du renforcer un flatbow en osage qui présentait une fissure sur le dos ainsi qu'un flatbow en if présentant 2 noeuds inquiétants.

Première étape: Sur la peau j'ai effectué le tracé des bandes et je les ai découpées. les peaux sont assez rigides. sur les parties les plus épaisses, je n'ai aps pu découper avec un ciseau, jai du employer un cutter. Mes banes font 5cm de large pour environ 80 a 90cm de long. La peau est plus épaise en son milieu (peau du dos) qu'a ses extrémités (peau du ventre). Les extrémités ne sont aps non plus en parfait état, je les ai donc découpées sur quelques centimètres.

Les peaux coté interieur de la bête ne sont pas très propres, ce qui risque de gener pour le collage. De plus, comme expliqué plus haut l'épaisseur n'est pas constante. une peau trop épaisse, ne renforcera pas beaucoup plus le dos de l'arc mais sera plus lourde. Elle handycapera les performances de l'arc. J'ai donc décidé de poncer les peaux pour les nettoyer et les affiner, de manière a ce que le collage oit meilleur et l'épaisseur la plus constante possible.J'ai travaillé avec ma ponceue stationnaire et un grain grossier de 40. j'ai passé la peau entre la bande et une calle qui permettait de maintenir une pression constante, en insistant sur les parties les plus épaisses.

La bande de peau est propre et plus fine mais elle est toujours rigide donc impropre a être collée. J'ai donc fait tremper la colle dans l'eau. je n'ai pas chronometré mais il me semble biena voir oublié les bandes pendant une petite heure. Pendant ce temps, je me suis occupé de l'arc. j'ai nettoyé le dos de l'arc, en le ponçant avec un grain 80 puis, j'ai soigneusement enlevé toute trace de poussière et de gras en frottant un chiffon imbibé d'acétone.

Les bandes sont bien gorgées d'eau et très souples. Je les passe entre deux linges pour retirer l'éxedent d'eau puis je fais un premier assemblage a blanc pour voir comment je vais possitionner les bandes. Pour l'arc en osage, je vais utiliser deux bandes qui vont se rejoindre à la poignée en se chevauchant. J'arrete volontairement le renfort a une vingtaine de centimètres des poupées de mainère à ce que celles ci soient le plus légères possible.

Puis vient la phase du collage. On peut utiliser diverses colles. la plus traditionnelle est la colle animale: colle de peau, de nerf, d'os, elles se comportent et s'appliquent toutes de la même manière. Elles doivent être utilisées à chaud ce qui est assez compliqué de plus, même une fois sèches ces colles sont très sensibles à l'eau. Pour ma part, j'utilise de la colle a bois, ce qui est très commun. en ce moment j'utilise de la Titebond 3 mais toute colle vynilique soluble a l'eau et étanche une fois sèche fait parfaitement l'affaire. J'enduis le dos de l'arc et la bande de peau de colle puis je les mets en contact. pour les maintenir en place et assurer une bonne pression de collage, j'enroule des bandes de cahoutchouc tirées de chanbres à air autour des branches. en enroulant la bande, je fais attention de bien chasser les bulles d'air et de bien répartir la colle. je serre les bandes au maximum et je fais en sorte qu'elles se chevauchent

 

Les bandes élastiques ont des avantages mais aussi des inconvenients. dans la mesure ou la colle sèche par évaporation de l'eau, utiliser ces bandes ralentit beaucoup le processus. alors que le séchage peut avoir lieu en 24h quand le collage à lieu à l'air libre, je préfère attendre plus de 48h avant de faire quoi que ce soit. Pour éviter ce problème, on peut utiliser des bandes velpeau mais je trouve que la répartition de la pression est bien moins efficace. de plus, la colle en bavant peut coller la bande, ce qui n'arrive pas avec les chambres à air. Une fois le collage sec, on défait les bandes. On peut alors observer les bavures de colle et la peau qui dépasse sur les cotés. Pour enlever ces bavures, j'utilise une rape de maréchal ferrant qui possède une coté rape et une coté lime. Puis je chafraine en utilisant une lime douce de manière a ce que la jonction entre la peau et le bois soit la plus douce possible.

 

Je fais subir la même procédure aux extrémités. Le dos en peau cru est encore rèche, je leponce pour les finitions. Grain 120 puis 180, 240 et 320. la couleur de la peau va changer pour devenir opaque pas ine fois les finitions appliquées, la peau redeviendra translucide. Ensuite je ligature les extrémités avec du tendon et de la colle de peau.

Pour finir, la peau crue est sensible à l'humidité. Il convient donc de la protéger. Les methodes sont multiples et diverses. On peut utiliser des graisses animales: lard de porc, graisse de canard ou d'oie mais celles ci, ont, a mon sens, l'inconvenient de rançir et potentiellement de ne pas sentir très bon . On aussi utiliser de l'huile de lin mais si elle est appliquée en trop grande quantité elle risque de donner une finition qui poisse un peu donc attention. On a enfin la possibilté d'utiliser de la cire d'antiquaire ou de l'huile de teck. Toutes ses protections se valent a peu près et doivent être renouvelées assez regulièrement.